Le fumage fait maison : quelques conseils pour mieux s’en sortir

0
104

Si autrefois, il n’est utilisé que pour la conservation des aliments, le fumage s’est très vite démocratisé et son utilisation va bien au-delà de la conservation. Il constitue dorénavant une technique de cuisson naturelle, laquelle permet d’obtenir des goûts et saveurs exquis. Toutefois, il convient de bien vous renseigner à propos lorsque vous envisagez de vous essayer à la maison. Envisagez-vous de réaliser chez vous la fumaison de vos aliments ? Si oui, voici justement l’essentiel à savoir à ce propos pour mieux vous en sortir.

Pourquoi se munir d’un fumoir à la maison

Un appareil qu’il convient d’avoir chez soi est le fumoir. Lorsque vous souhaitez passer un bon week-end en famille dans le jardin ou prendre du bon temps avec vos amis chez vous, rien de mieux qu’un barbecue. Réaliser un barbecue chez vous est une excellente alternative d’autant plus que non seulement vous vous détendrez, mais tout le monde se régalera aussi autour d’une bonne viande fumée.

Non seulement vous épaterez vos proches, mais aussi vos papilles. Il s’agit également de l’accessoire parfait pour diversifier vos menus à la maison. Après de longues semaines à manger des repas classiques ou de la viande frite à l’huile, avec un fumoir, vous aurez l’occasion de casser la routine sans devoir dépenser pour des sorties au restaurant.

Pour cause, vous aurez par fumaison faire cuire un excellent saumon fait maison. Toutefois, pour réaliser un bon steak, il est important de se munir de l’accessoire qu’il faut. Dans tous les cas, réaliser une astuce de fumage avec un fumoir maison est la meilleure solution pour renouveler vos recettes avec des saveurs fumées et parfumées.

Il faut souligner qu’en se munissant d’un fumoir, le tout n’est pas joué. Il vous faudra savoir comment l’utiliser, les différents types de fumage que vous pourrez réaliser et les procédés pour réaliser un bon fumage.

Les différents types de fumage

Il existe deux différents types de fumage, à savoir le fumage à chaud et le fumage à froid. Tous deux sont idéals pour des besoins précis et choisir l’un ou l’autre dépendra à proprement parler de ce que vous envisagez de faire.

Le fumage à froid est le plus approprié lorsque vous envisagez de faire sécher vos aliments tout en les parfumant. Ce procédé nécessite une température de fumage généralement comprise en 20 et 30 ° C. Le combustible le plus souvent utilisé pour ce faire est la sciure.

Le fumage à froid est la technique qu’il vous faut lorsque vous disposez d’aliments qui peuvent être mangés crus et fumés. Il peut s’agir du saumon, de la charcuterie, du thon, du magret de canard… Quant au fumage à chaud, le procédé de fumaison à ce niveau nécessite une température de fumage allant de 50 à 90 °C.

De ce fait, le combustible le plus sollicité pour effectuer ce type de fumage est le copeau de bois. Lorsque vous préférez des aliments qui nécessitent une cuisson avant d’être mangés, le fumage à chaud est la technique indiquée dans ce cas.

Avec cette technique, vous saurez vous régaler en famille comme en compagnie de vos amis, avec une bonne volaille fumée au goût prononcé et dotée d’une saveur parfumée. Pour des aliments tels que le maquereau, le jambon cuit… le fumage à chaud constitue également la technique qu’il vous faut.

Comment utiliser le fumoir ?

Utiliser un fumoir n’est pas du tout compliqué. L’essentiel de la fumaison s’opère tout seul une fois le processus enclenché. Tout ce qu’il vous revient à faire, c’est de bien disposer le combustible à utiliser pour la fumaison et de surveiller son évolution.

Vous aurez également à juger de la température idéale à chaque étape de la fumaison dans le fumoir. Aussi, en fonction de vos goûts et préférences, vous pourrez augmenter ou diminuer le temps de fumage, de quoi obtenir le goût et la texture souhaités.

Il faut quand même souligner qu’il faudra disposer en forme de U la sciure pour effectuer un fumage à froid et maintenir la température en dessous de 30 ° C.

Aussi, il faudra disposer convenablement les copeaux de bois pour uniformiser la fumaison lorsque vous optez pour un fumage à chaud. Il est également possible que vous ayez besoin d’une machine sous vide professionnelle avant de procéder à la fumaison de vos aliments.

Pour quel bois opter pour la fumaison ?

Pour le fumage des aliments, vous aurez le choix parmi une variété de bois tous différents, lesquels sont dotés de saveurs particulières. Dès lors, votre choix va surtout dépendre des saveurs que vous souhaitez obtenir à la fin de l’opération.

Toutefois, il faut remarquer que le type d’aliments à fumer influencera quelque peu votre décision d’opter pour un bois ou un autre. Dans tous les cas, les bois les plus sollicités pour effectuer une fumaison sont entre autres : le hêtre, le chêne, l’aulne, le cerisier, le pommier, le citronnier, l’oranger, l’olivier, l’acacia…

Pour des saveurs délicates, le hêtre et le chêne sont les plus indiqués. Le hêtre est connu pour conférer aux fumaisons une aromatisation moyenne et convient pour la plupart des aliments. Le chêne quant à lui est connu pour son fort caractère en raison des saveurs plus ou moins marquées, mais subtiles. Ce bois est généralement déconseillé pour faire fumer des poissons.

Lorsque vous souhaitez dénoter dans vos aliments une saveur douce et subtilement sucrée, l’aulne est sans doute le bois à utiliser. C’est l’alternative idéale pour la fumaison des poissons et fruits de mer. Le cerisier et le pommier sont quant à eux les bois qu’il vous faut pour obtenir des parfums fruités et délicatement sucrés.

Si le cerisier offre une forte aromatisation, le pommier quant à lui permet d’avoir des saveurs douces et confère aux aliments une coloration brun foncé. Pour des saveurs originales marquées par le parfum frais des agrumes, le citronnier et l’oranger seront parfaits.

L’acacia offre quant à lui aux fumaisons des goûts plus prononcés ; c’est pourquoi il est très indiqué pour la viande de gibier et le noyer. Des saveurs intenses avec des notes épicées sont en revanche obtenues avec l’olivier et l’érable.