J’ai arrêté de me maquiller depuis 1 an – Le bilan

J’ai commencé à me maquiller le teint presque quotidiennement il y a 3ans à peu près. Au début, c’était sympa, essayer de nouvelles teintes de blush, couleurs, camoufler mes cernes et imperfections. Génial, je découvrais le make up et je prenais énormément de plaisir à le faire ! Puis 2ans après, j’ai fait un constat: il est vrai que le weekend, me maquiller était rare, mais en semaine, me maquiller est devenu instinctif, un geste nécessaire de 10min que je ne remettais pas en cause .. Même quand j’étais en retard, l’idée de ne pas me maquiller le teint était inenvisageable. Je précise que mon maquillage consistait en : BB crème ou fond de teint minéral, anti-cernes, blush et mascara +/- rouge à lèvres ou baume à lèvres teinté … Quelque chose de “léger”, mais cela reste relatif.

Pourquoi j’ai arrêté de me maquiller ?

Puis, un jour, je me suis rendue compte que le geste de me maquiller le matin est devenu une corvée, que je ne le faisais plus par plaisir. En semaine, encore plus que le weekend, car j’allais au travail et que mes collègues ont pris l’habitude de me voir maquillée, toute fraîche et les joues roses. A ce moment-là, je ne pensais pas à moi, mais à ce que les autres vont penser, vont me dire quand ils me verront débarquer avec un visage nu … C’est exactement à ce moment que j’ai décidé d’arrêter de me maquiller quotidiennement. Ce qui est difficile, je l’admets, quand on a des imperfections (des boutons, des cernes, des rougeurs ou tâches/cicatrices), à savoir la majorité de vous tous.

J’ai arrêté de me maquiller quand j’ai compris que je ne le faisais plus pour moi, mais par appréhension des avis des autres. Et je suis contre cette idée. J’ai arrêté parce que je ne voulais pas me soumettre à cette idée de la femme parfaite, bien présentable, toujours et n’importe où. Car ce n’est pas moi, tout simplement. J’ai arrêté car je ne me sentais plus moi même. Vous allez peut être partager mon avis, ou croire que j’exagère, que je fais d’un sujet futile un sujet ridiculement important, mais c’est comme ça que je l’ai vécu. Réellement.

Comment ça s’est passé ?

Je n’ai pas arrêté tout de suite. Je l’ai fait graduellement. Au début, j’ai arrêté la BB crème et le blush, et j’ai continué à utiliser mon correcteur et mon baume à lèvres/rouge à lèvres. Puis, ensuite, je n’avais plus envie de camoufler mes cernes, donc j’ai arrêté tout simplement. Sauf, quand j’avais un bouton , j’utilisais le correcteur 1 ou 2 jours le temps qu’il dégonfle.

Il faut savoir également que la plupart des barrières étaient psychologiques et dans ma tête. Les gens s’en foutent, royalement, si je mets du maquillage ou pas ! Moi, je ne regarde pas les gens dans la rue, je ne m’amuse pas à les juger sur leur apparence … et bien … les autres font pareil aussi.

Je ne passais plus autant de temps le matin devant mon miroir. Et ça ne manquait pas, bien au contraire. Il m’est arrivé 3 ou 4 fois de me maquiller depuis que j’ai arrêté, principalement pour des occasions spéciales, et j’ai pris énormément de plaisir à le faire. A ce moment là, j’ai su que j’ai eu raison d’arrêter.  Et ma peau respirait ! Elle a appris à vivre d’elle même, évoluer en douceur et retrouver son équilibre, surtout si on était du genre à appliquer des produits assez lourds et obstruants.

Ce que je fais de plus depuis ?

J’ai fait un petit effort en plus concernant mes soins, pour leur donner un effet bonne mine et peau radieuse naturellement. Voici un petit résumé:

  • Mon gommage hebdomadaire pour éliminer les peaux mortes, primordial !
    • Exfoliant mécanique à base de grains. Un moyen simple quand on ne sait plus quoi faire: 1 cuillère à café de bicarbonate de soude (ou sel très fin) + 1 cuillère à soupe d’aloe vera.
    • Exfoliant chimique à base d’acides de fruits, comme le masque bonne mine dont je parle ICI.
  • Mon masque de miel pur, qui illumine, hydrate et cicatrise ! Le masque minimaliste parfait ! Plus de détails ICI.
  • Mon soin du jour/nuit illuminant à base de macérât de carotte et d’huile essentielle d’ylang-ylang, dont je vous parle ICI.

Le maquillage est devenu depuis plus d’un an une exception, un moment de plaisir que je m’accorde quand j’en ai vraiment envie.

N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaire.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout ! A bientôt !

  • Pingback: Routine minimaliste - Beauté naturelle - Chic au naturel()

  • Bleriotine (D4ddyGirl)

    J’ai fait de même il y a environ 3 ans : j’ai remarqué que je ne prenais plus aucun plaisir à me maquiller le matin, c’était devenu une véritable corvée ! Et puis, j’ai fait une allergie au mascara, peu importe la marque, mes yeux brûlaient sans cesse.. J’ai décidé de tout arrêter pendant un temps (qui s’est étendu sur plusieurs années), j’ai fait de grandes économies (tant pour le porte-monnaie que pour la place dans la salle de bain) que j’ai réinvestis dans des produits naturels qui prenaient soin de moi et qui me faisaient surtout plaisir !

    Puis dernièrement j’ai repris un peu. Ça me manquait d’être coquette. Cependant, je ne me suis jamais maquillé le teint (enfin, qu’à de rares occasions), j’ai toujours senti ma peau “étouffer” là-dessous. Étonnement, j’ai toujours reçu des compliments des autres filles sur la qualité de ma peau, et ce, malgré ma couperose ! J’ai la conviction qu’il y a un rapport entre les deux…

    Enfin ma routine maquillage pour le travail : crayon pour sourcils, recourbe-cils (étant brune, j’ai le même effet qu’un mascara à l’effet naturel, j’utilise un vrai mascara QUE lorsque j’en ai envie), parfois une pointe de blush, et surtout, du rouge à lèvre ! 3 teintes que je décline avec des crayons de tons juste au-dessus ou juste en dessous. Ça me fait un éventail de teintes qui mettent toutes en valeurs mon teint et que j’adopte selon mon humeur et la saison !

    Je n’aurai jamais cru il y a encore 5 ans que je prendrais plus de plaisir avec une petite trousse à maquillage bien choisie qu’avec une armoire de produits pour chaque partie de mon visage ! Avec du recul, je pense que cette longue pause m’a permis de retrouver ce qui me fait vraiment plaisir, mais aussi, ce que j’attends de ma séance de maquillage. A force de faire ces choses-là de manière machinale, on oublie la raison pour laquelle on a commencé à les faire (ou on continue à les faire pour de mauvaises raisons ?).

    Je viens juste de découvrir ton blog, j’y reviendrai certainement.. 🙂

    • Merci beaucoup d’avoir pris le temps de partager ton témoignage ..; c’est fou comme on est plusieurs à ressentir et vivre la même chose 🙂

      • Bleriotine (D4ddyGirl)

        On arrive peut-être à un point où ça devient pathologique d’une certaine manière : une sensation
        de gaspillage de temps et d’énergie dédiée à une activité que l’on fait plus par habitude que par plaisir (je préfère aujourd’hui passer 5h par semaine à lire qu’à être dans ma salle de bain 50min tous les matins !) mais aussi gaspillage en termes de déchets, problème de produits nocifs, etc. Revenir à l’essentiel nous simplifie la vie et la rend plus qualitative ! 🙂

  • Ça fait totalement écho à ce que je ressens .. j’ai l’automatisme de me maquiller pour aller à la fac de peur des remarques que je peut me prendre parfois du “ta l’air fatigué dis donc” tellement je suis pâle, mais un jour j’arrêterais tout et j’enverrais balader les personnes qui me font ces remarques :’) .. enfin j’espère ! merci pour cet article, je le garde dans les favoris les jours où je me trouve vraiment moche haha ..
    des bisous
    blue althea

    • Tu n’es pas moche certains jours , car je te suis sur Instagram … Donc, je t’interdis de le penser ! Et puis, tu l’as dit toi même, envoie balader ces gens. Bisous 🙂

      • Bleriotine (D4ddyGirl)

        Personnellement ca ne m’étonne pas vraiment. Je pense qu’on arrive à un point dans notre système de consommation où on fait un peu une overdose, ce qui nous pousse tant à remettre en question nos habitudes (“pourquoi je gaspille à passer autant d’heures par semaine à me maquiller déjà ?) que notre manière même de consommer (problème de déchets, gaspillage tant matériel que financier, etc). C’est plutôt une bonne chose : cela nous oblige à retrouver ce qui nous fait vraiment plaisir au quotidien !

  • Sabrina Dupuy

    Merci pour ton expérience.
    J’étais passé à la BB crème uniquement pour unifier et camoufler ma rosacée et un peu de mascara. Je faisais quand même des pauses en semaine comme je travaille depuis chez moi, les jours ou j’allais peu à l’extérieur… histoire de laisser respirer ma peau.
    Et maintenant il m’arrive de ne plus rien mettre de la semaine ou plusieurs jours d’affilé même si je suis à l’extérieur. Par contre, pour des sorties style resto ou évènements je prends plaisir à me maquiller pour le coup. Ayant la peau sensible, je préfère essayer de la chouchouter de plus en plus via des soins, j’en ai d’ailleurs découvert pas mal via ton blog, et en plus cela m’évite de passer du temps en plus dans la salle de bain donc cela me va bien.
    Je me rends compte que je me pose aussi moins de questions concernant le regard des autres, j’assume plus surement avec l’âge 🙂

    • Je pense que tu as raison, la maturité y est pour quelque chose. Plusieurs filles ont relevé ce point. Et une question de conscience aussi, de qui importe et qui importe moins 🙂 Merci pour ton retour d’expérience, je me rends compte qu’on est plusieurs à avoir la réflexion 🙂

  • Aurely27_Beauty

    Coucou! C’est vraiment top de partager cette expérience 🙂 Il y a quelques mois ça m’aurai paru inconcevable de ne pas sortir maquillée, et puis depuis quelques temps je commence à bien diminuer, et au lieu de fons de teints liquiudes classiques je n’utilise que du minéral (Lily Lolo) pour aller travailler. Plus ça va plus j’assume et je me trouve de mieux en mieux sans make-up 🙂
    C’est agréable de ne pas se sentir obligée de camoufler ses imperfections^^
    Belle journée 🙂

  • Kaoutar Tabyaoui

    Je rejoins ton avis, quand je commence à me maquiller quotidiennement et à y prendre habitude, j’arrête illico de peur que je prenne l’habitude de ce visage “perfectionné” qui n’est pas le mien, et que je commence à me detester peau nue et ne plus avoir confiance en moi démaquillée.
    Donc ça m’arrive de me maquiller des fois, quand l’envie me prend, pas seulement pour les occasions, mais en général je ne me maquille pas.

    • C’est comme ça que j’ai fait le déclic aussi Kaoutar … j’apprécie ton retour 🙂 Bisous !

  • Morgane Gramont

    Fascinant. J’admire le geste. De mon côté le mascara est une habitude voir un instinct le matin, le fond de teint un peu moins tout dépend des périodes. J’avoue que comme toi je préfère me maquiller par plaisir 😘

    • C’est réellement le but. Maquillage ou pas, notre rapport aux choses doit rester sincère et bienveillant. Merci pour ton retour 🙂